Compte-rendu d’une séance d’éducation à la sexualité sur le thème « Physiologie-Puberté » en 6e

 1. Le contexte institutionnel

Cette séance s’inscrit dans un projet d’éducation à la sexualité mené depuis plusieurs années au collège Martin Luther King à Buc (78) par une équipe composée d’enseignants et de l’infirmière scolaire tous formés à l’éducation à la sexualité. De la 6e à la 3e , les élèves bénéficient de séances animées soit par des partenaires extérieurs, soit par l’équipe interne du collège.
Ce projet s’intègre en outre dans un programme de recherche mené en partenariat avec l’hôpital Mignot de Versailles. Il s’agit d’évaluer l’impact des séances d’éducation à la sexualité.
L’équipe interne du collège choisit les thèmes abordés ainsi que leur programmation tout au long des niveaux d’enseignement. Elle veille en particulier à ce que les différents aspects de la sexualité soient abordés. Ces derniers peuvent soit être traités dans la même séance, soit abordés successivement lors de séances d’un même niveau. C’est cette dernière configuration qui a été choisie au niveau 6e. La séance décrite ici était axée sur l’aspect biologique de la sexualité et succédait à une intervention sur les stéréotypes liés au genre. Cette séance de deux heures a été conçue et animée par deux membres de l’équipe interne : une enseignante de SVT (Anne-Marie Michaud) et une enseignante d’allemand (Julie Robert).

 2. Les objectifs de la séance

2.1 Une séance « laboratoire » en amont de la réforme du collège

Suite à la réforme du collège, la reproduction humaine est désormais abordée dès la classe de 6e dans les cours de SVT. Cette réforme met l’accent sur l’interdisciplinarité. C’est dans cet esprit que nous avons conçu cette séance comme un « laboratoire » pour travailler sur la reproduction humaine au cycle 3 avec deux objectifs principaux :

  • proposer une méthode d’évaluation qui facilite la coordination entre les séances d’éducation à la sexualité et les cours de SVT,
  • utiliser des techniques de gestion de classe utilisées par les professeurs de langues pour faciliter l’expression de tous les élèves lors de ces séances.

2.2 Transmettre des informations scientifiques mais pas la démarche scientifique

Cette séance n’est pas un cours de SVT. Il ne s’agissait donc pas de développer les compétences scientifiques des élèves. C’est une séance d’éducation à la santé dont les objectifs sont triples :

  • l’acquisition de connaissances objectives sur le fonctionnement de son corps,
  • le développement de la connaissance de soi et des autres,
  • la capacité à dialoguer sereinement sur un thème particulièrement sensible car touchant à l’intimité des individus.

 3. Le déroulement de la séance

3.1 La mise en place du cadre de travail

La séance débute par un rappel des règles à respecter dans le cadre d’une séance d’éducation à la sexualité. Ce sont les élèves qui proposent ces règles en tenant compte du caractère particulier du thème à traiter lors de la séance.
Les participants (élèves et animateurs) s’engagent à les respecter.
Celles-ci restent ensuite affichées au tableau pendant toute la séance.

Règles à respecter pendant la séance

3.2 Le lien avec la séance précédente

Il est ensuite demandé aux élèves de faire le résumé de la séance précédente. Puis ils doivent définir les mots du titre de la séance. Cela permet d’articuler l’aspect biologique à l’aspect sociologique abordé précédemment.

3.2 Des activités basées sur la collaboration

Nous avons souhaité développer le dialogue entre les élèves tout autant qu’entre les élèves et les animateurs. Pour cela, nous avons choisi d’intervenir dans des salles disposées en « îlots », plus favorables aux échanges entre élèves que les configurations de classe traditionnelles. De plus, toutes les activités proposées nécessitaient de coopérer avec les autres élèves.
En effet, chaque activité est l’occasion pour les élèves d’interagir avec les supports proposés. Lorsqu’il s’agit d’un travail au tableau, les élèves sont invités à se lever spontanément, soit les uns après les auprès les autres, soit tous en même temps.
Lors de certaines phases de travail, riches en débat, le niveau sonore est beaucoup plus élevé que lors d’un cours traditionnel. Ce sont les phases pendant lesquelles on observe un engagement total dans l’activité.

 4. Les activités proposées aux élèves

Les activités sont décrites ici dans l’ordre chronologique de la séance. Nous n’avons pas jugé utile de reprendre le fil directeur de la séance car il était propre au contexte du projet mené par le collège. Les transitions entre les activités ne sont pas non plus présentées dans cet article.

Activité 1 : les différences anatomiques entre un homme et une femme

Objectif : acquérir le vocabulaire scientifique pour décrire les différences anatomiques entre les femmes et les hommes.
Support : une image vidéo-projetée d’un homme et d’une femme nus.
Consignes : Les élèves choisissent sur une table, un carton sur lequel est écrite une caractéristique anatomique : pénis, testicules, vulve, seins, épaules larges, hanches larges, voie grave, voie aiguë, pilosité faciale, pilosité pubienne (2 fois), pilosité axillaire (2 fois). Ils doivent ensuite placer ce carton au bon endroit sur l’image vidéo-projetée d’un homme et d’une femme. L’image choisie est celle du couple d’êtres humains gravée sur la sonde Pioneer.

Silhouettes féminine et masculine
Détail de la plaque Pioneer - Domaine public

Activité 2 : la chronologie des modifications observées à la puberté

Objectif : trouver la chronologie des modifications morphologiques et physiologiques observées chez les filles et les garçons lors de la puberté.
Supports : deux frises chronologiques représentant la période de la vie entre 10 et 20 ans. Des triangles aimantés portant le nom d’une modification. Les magnets sont en forme de triangle. La pointe de ce triangle correspond à l’âge moyen d’apparition de cette modification.
Consignes : la classe est séparée en deux équipes : celle des filles et celle des garçons. Chaque équipe doit placer sur la frise chronologique de l’autre sexe des magnets représentants les transformations observées à la puberté.
Chaque magnet est d’abord présenté à la classe par les animateurs. La présentation des magnets permet de revenir sur la définition de la puberté et sur les premiers signes du fonctionnement de l’appareil reproducteur chez la fille et chez le garçon.

Activité 3 : la production d’ovules par l’appareil reproducteur féminin

Objectif : identifier les ovaires comme organes producteurs des ovules.
Supports : au tableau une affiche légendée de l’appareil reproducteur féminin, des schémas aimantés d’ovule.
Consigne : Des élèves volontaires viennent placer l’ovule sur le schéma au niveau de l’organe qui les produit.

Appareil reproducteur féminin simplifié

Activité 4 : le cycle menstruel

Objectif : placer sur un cycle menstruel les règles et la période favorable à l’ovulation
Support : une affiche par groupe présentant le cycle menstruel
Consignes : chaque groupe colorie en rouge les jours des règles et en vert les jours probables d’ovulation. Leurs propositions sont ensuite affichées au tableau puis débattues en groupe entier.

Le cycle menstruel à faire compléter par les élèves

Activité 5 : le fonctionnement de l’appareil reproducteur masculin

Objectif : identifier les testicules comme les organes produisant les spermatozoïdes
Supports : une affiche de l’appareil reproducteur masculin légendé grand format, des schémas aimantés de spermatozoïdes
Consignes : Les élèves viennent au tableau pour placer les spermatozoïdes sur l’affiche de manière à représenter leur trajet de leur lieu de production jusqu’à l’extrémité du pénis.

Appareil reproducteur masculin simplifié

 5. Analyse de la séance

5.1 Les résultats de l’évaluation

Résultats du QCM (taux de réussite en % pour chaque question)

L’évaluation a pris la forme d’un QCM à remplir à la fin de la séance. Elle a duré entre 5 et 10 minutes. Les résultats présentés ci-dessous correspondent à l’ensemble des classes de 6e soit 133 élèves.

Evaluation
Grille de résultats

5.1.1 L’anatomie, cette grande inconnue

Le résultat le plus frappant est la très faible réussite des élèves à la question portant sur l’anatomie de l’appareil reproducteur. Cette question se situait à la fin du questionnaire et les élèves ont pu être tentés de répondre rapidement afin de pouvoir profiter de leur récréation.
Mais l’explication réside probablement dans l’incohérence entre la question posée et l’activité proposée. En effet, à aucun moment, nous n’avons demandé aux élèves de retrouver par eux-même les légendes. Les schémas utilisés étaient déjà légendés. Force est donc de constater que l’anatomie des appareils reproducteurs reste très mal connue, et qu’il faudra prévoir des activités de remédiation soit dans les séances d’éducation à la sexualité, soit pendant le cours de SVT .
Le détail des réponses correctes obtenues (graphique ci-dessous) permet d’affiner l’analyse. Si l’anatomie des organes externes est connue par la majorité des élèves. Les détails de l’anatomie interne ne sont pas encore maîtrisés. A noter le taux de réussite pour légender les organes internes féminins nettement supérieur à son équivalent masculin.

Détails des réponses sur l’anatomie (taux de réussite en %)
5.1.2 Un premier niveau de compréhension du cycle menstruel

Les forts taux de réussite lors de la complétion du cycle menstruel sont à relativiser. L’activité proposée sollicite la mémoire visuelle. Les élèves ont pu replacer de mémoire le rouge et le vert au bon endroit sans en maîtriser la signification. Il faudrait donc modifier la question posée de manière à vérifier que c’est bien la succession des événements qui est retenue et non la succession des couleurs.

5.1.3 Les modifications de la puberté bien maîtrisées

Les premiers signes de fonctionnement de l’appareil reproducteur des élèves ont été bien retenus par les élèves. Si on prend en compte les réponses justes à plus de 75 % (soit un ou deux items oubliés à la question), le taux de réussite dépasse les 90 %. L’activité proposée sur les modifications de la puberté a donc pleinement atteint son objectif.

L’évaluation montre que la définition de la puberté est bien acquise. La question ne précisait pas qu’il fallait choisir une seule définition. Les élèves ont donc naturellement associée à la définition attendue celle d’une période de croissance et du développement de l’indépendance des enfants vis-à-vis des parents.

Détails des réponses sur la puberté (% d’élèves)

5.2 La transmission de connaissances comme support de développement des compétences sociales

5.2.1 Maîtriser les codes du monde des adultes

Les objectifs de cette séance vont bien au-delà d’une simple transmission de connaissances. Les élèves ont pris conscience qu’il existait un vocabulaire différent suivant le contexte. Ils ont appris des mots nouveaux : les différents types de pilosité par exemple mais aussi la vulve, terme très peu connu. Ce travail sur le vocabulaire leur donne les codes du monde des adultes (les termes à utiliser chez le médecin par exemple), il permet aussi la prise de distance et contribue à mettre de coté les rires et les moqueries.

5.2.2 Développer le sens des responsabilités communes

L’activité autour du cycle menstruel permet aux filles mais aussi aux garçons de se rendre compte de l’importance d’une bonne compréhension du cycle menstruel. En effet, cette compréhension est nécessaire pour maîtriser les bases de la contraception. Nous espérons qu’en faisant travailler les élèves en groupe mixte, nous avons favorisé l’émergence d’une conscience sur la responsabilité commune de la mise en place d’une contraception.

5.2.3 Développer un dialogue respectueux entre les sexes et entre les individus

Lors de l’activité sur la chronologie de la puberté, les filles et les garçons sont amenés à argumenter leur choix puis à contre-argumenter sur les choix de l’autre groupe. Pour cela, ils sont obligés de puiser dans leur expérience personnelle. Ils peuvent ainsi relier cette activité à leur vécu d’adolescent mais sans se livrer personnellement, puisqu’ils travaillent sur les garçons et les filles en général. La diversité des rythmes de développement émerge spontanément. Cela permet de lutter contre les craintes de ne pas être comme tout le monde, dans la norme.
L’utilisation de supports et de termes scientifiques ont permis d’aborder des sujets franchement sans exprimer ni dégoût, ni crainte. En effet, sortir de son expérience personnelle en s’appropriant des supports permet la mise à distance et libère la parole

5.3 Une nécessaire redéfinition du contenu de la séance

Lors de la conception des activités, nous avons respecté le thème de la séance tel qu’il avait été initialement choisi en travaillant à la fois sur la puberté et sur la physiologie. Les résultats de l’évaluation nous montrent que les activités autour de la physiologie sont les moins réussies par les élèves et donc les moins efficaces. Le déroulement des séances nous a aussi permis de constater qu’il était très difficile d’aborder les deux thèmes en seulement deux heures.
Pour les années ultérieures, nous préconisons de limiter la séance au travail sur la puberté et le cycle menstruel. Les affiches montrant les organes internes peuvent être utilisées comme support pour montrer les connexions anatomiques permettant d’expliquer l’origine du sperme ou des règles. Une activité sur l’anatomie des organes externes pourrait être ajoutée afin d’améliorer la connaissance de leur corps par les élèves. Les termes de prépuce, gland, scrotum, petites lèvres, grandes lèvres, clitoris pourraient ainsi être intégrés au contenu. En effet, ils sont très peu connus par les élèves et ils ne sont généralement pas abordés en cours de SVT.

 6. Logiciels et supports utilisés

Les images utilisées lors de cette séance ont été créées avec Inkscape.
Le logiciel posterazor permet ensuite de les découper en pages au format A4. Une fois imprimées, il suffit de les assembler pour obtenir des affiches de grande taille.

Les fichiers ci-dessous sont au format svg. Ils peuvent être modifiés à votre convenance à l’aide du logiciel inkscape.

L’appareil reproducteur féminin

L’appareil reproducteur féminin au format SVG

L’appareil reproducteur masculin

L’appareil reproducteur masculin au format SVG

Le cycle menstruel

Le cycle menstruel au format SVG

Les cellules reproductrices

Les cellules reproductrices au format SVG

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)