Seconde

Réflexion sur les pratiques agricoles dans le cadre d’un projet E3D Tableur, Diaporama collaboratif, Mur collaboratif

Cette proposition de séquence pédagogique s’inscrit dans les Travaux Académiques Mutualisés (TraAM) 2020-2021 dont la thématique porte sur les dynamiques écosystémiques. La problématique du projet versaillais : comment permettre aux élèves, notamment les écodélégués, de réaliser un diagnostic ou de mettre en œuvre des actions autour de la préservation des écosystèmes dans et autour de leur établissement ?
Les scénarios pédagogiques proposés par une équipe d’enseignants de SVT et d’IA-IPR ont ainsi pour objectifs d’aider les écodélégués et les porteurs de projet EDD à réaliser un diagnostic ou à évaluer l’efficacité des actions en cours, via des activités ancrées dans les programmes de collège ou du lycée, en SVT et en SNT. Ces activités permettent de comparer les dynamiques des écosystèmes sur des territoires vastes, ou d’étudier le passé d’un territoire donné pour comprendre le présent et envisager l’avenir. Ce suivi de dynamiques écosystémiques variant dans le temps et dans l’espace s’appuie sur différents axes : récolte de données scientifiques, sciences participatives, usage de banques de données et de SIG, modélisation, etc. Ces travaux mobilisent des outils et compétences numériques variés. Ils peuvent s’inscrire dans le projet d’établissement et dans la démarche de labellisation E3D.
Le scénario présenté ici est une proposition, dont tous les contenus restent adaptables aux pratiques pédagogiques de chaque enseignant.

- Liaison avec le programme et place dans la progression
- Motivation et problème à résoudre
- Notions, savoir-faire, compétences
- Déroulement global de la séquence
- Déroulement détaillé de la séquence
- Focus sur un outil : le mur collaboratif
- Retour des impressions des élèves
- Analyse et évaluation du dispositif
- Une piste d’adaptation en distanciel

Professeur expérimentateur

Candice MOMESSO, au lycée Charles Baudelaire à Fosses (95)

LIAISON AVEC LE PROGRAMME
Niveau concerné Seconde
Partie du programme Thème 2 – Les enjeux contemporains de la planète
Partie B – Agrosystèmes et développement durable
PLACE DANS LA PROGRESSION
La comparaison écosystème/agrosystème est un prérequis. Le choix a été fait de construire des schémas comparatifs à partir de leurs connaissances des écosystèmes (abordés brièvement dans le chapitre sur la biodiversité et son évolution) et d’un corpus documentaire du manuel pour les agrosystèmes.

MOTIVATION
La séquence s’inscrit dans la mise en place d’un atelier jardin au lycée, initiative des écodélégués dans l’optique de candidater pour l’obtention du label E3D. Il y a donc une production finale concrète pour les élèves de Seconde, au service du dynamisme du lycée : la construction et l’entretien des carrés potagers.

Liens avec le projet établissement : former le citoyen de demain et dynamiser l’image du lycée.
PROBLÈME À RÉSOUDRE

Quelle pratique agricole suivre pour exploiter les carrés potagers du lycée ?

NOTIONS, SAVOIR-FAIRE, COMPÉTENCES
Notions Extrait du Bulletin officiel spécial n° 1du 22 janvier 2019 :
Structure et fonctionnement des agrosystèmes : Les caractéristiques des systèmes agricoles varient selon le modèle de culture (agriculture vivrière, extensive ou intensive). Dans plusieurs modèles agricoles, l’exportation d’une grande partie de la biomasse produite réclame l’apport d’intrants pour fertiliser les sols.
Vers une gestion durable des agrosystèmes : Les agrosystèmes ont une incidence sur la qualité des sols et l’état général de l’environnement proche de façon plus ou moins importante selon les modèles agricoles. L’un des enjeux environnementaux majeurs est la limitation de ces impacts. La recherche agronomique actuelle, qui s’appuie sur l’étude des processus biologiques et écologiques, apporte connaissances, technologies et pratiques pour le développement d’une agriculture durable permettant tout à la fois de couvrir les besoins de l’humanité et de limiter ou de compenser les impacts environnementaux.
Savoir-faire
  • Étudier dans le cadre d’une démarche de projet, des modèles d’agrosystèmes pour comprendre leurs intérêts et leurs éventuels impacts environnementaux.
  • Utiliser des bases de données de biomasse et de productions agricoles pour comprendre la différence entre la notion de rendement agricole et écologique.
  • Comprendre comment les intrants ont permis de gérer quantitativement les besoins nutritifs de la population, tout en entraînant des conséquences qualitatives sur l’environnement et la santé.
Compétences
  • Utiliser des outils et mobiliser des méthodes pour apprendre
  • Communiquer et utiliser le numérique
  • Adopter un comportement éthique et responsable

Déroulement global de la séquence

Résumé du déroulement de la séquence {PNG}

Cadre de référence des compétences numériques (CRCN)
  • Collaborer
  • Adapter les documents à leur finalité
  • Développer des documents textuels
  • Gérer des données
  • Traiter des données
Objectifs de développement durable
JPEG JPEG
ACTIVITÉ
Durée :
- étape 1 : 30 min
- étape 2 : 1h
- étape 3 : 1h
- étape 4 : 1h30
- étape 5 : 1h
Horaire total : 5 heures
Coût : 0 euros Sécurité : RAS

Outils numériques et ressources
Handi-accessibilité
Toutes les fiches activités fournies aux élèves sont rédigées dans une police sans empattement. Aucune contrainte de police d’écriture n’est exigée dans les fiches réponses attendues.

Déroulement détaillé de la séquence

Lancement du projet
  • Rencontre avec les 2 écodélégués représentants au CVC (Comité de vie lycéenne), qui présentent le projet aux élèves et les missionnent sur la réalisation d’un rapport sur les pratiques agricoles pour des objectifs de respect de l’environnement et de moindres coûts. Compte tenu du contexte, cette rencontre s’est résumée en une vidéo tournée par les écodélégués, puis diffusée à chacun de mes groupes de Secondes.
  • Discussion avec les élèves des différents aspects à traiter (identifier les pratiques agricoles, connaître leurs avantages et inconvénients).
Étape 1 - Études des systèmes agricoles en France et dans le monde
  • Début des recherches en commençant par une comparaison de la région de Fosses à partir du Géoportail « Remonter le temps » (https://remonterletemps.ign.fr/). L’objectif est d’observer l’évolution des surfaces urbaines et agricoles entre les années 1950 et 2010 pour mettre en évidence l’enjeu de l’occupation des terrains. D’autre part, les élèves remarquent l’augmentation de la taille des champs agricoles, ce qui pose la question de la richesse de la biodiversité.
  • Les élèves identifient ensuite les cultures végétales actuelles autour du lycée.

Le support de réponse des élèves est un document composite créé à l’aide d’un logiciel de traitement de texte, agrémenté d’images de captures d’écran.

  • Enfin, les élèves comparent les différents systèmes agricoles dans le monde et leur localisation géographique à partir d’une carte et d’un document descriptif (tâche réalisée chez eux).
Étape 2 - Systèmes agricoles et rendements (feuille 1 de la base de données)
  • À l’aide d’un tableur de données, les élèves réalisent des calculs de rendements et de production utiles à l’élaboration d’une comparaison des systèmes intensif et extensif.
  • À l’issue de la séance, une réflexion est engagée autour des notions de rendement agricole et rendement écologique, production et caractéristiques du système.
Étape 2 - utilisation du tableur
Étape 3 - Agriculture intensive, conséquences sur l’environnement et solutions de gestion durable
  • Activité donnée en Devoir maison : chaque binôme est chargé de produire un document textuel et illustré sur la pratique intensive qui lui est attribuée (effet de l’utilisation des engrais sur les sols, sur la qualité de l’eau, etc.), à partir d’un corpus documentaire donné par l’enseignant. De même avec une solution associée à cette pratique. Une attention particulière est de pas stigmatiser telle ou telle pratique mais plutôt d’en dégager les points positifs et les points de vigilance.

Le support de réponse est ici un document créé avec un logiciel de traitement de texte déposé sur le mur collaboratif de la classe.

  • De retour en classe, chaque binôme intervient à l’oral pour présenter la pratique intensive dont il avait la charge, ses conséquences et une solution possible. Chaque présentation s’appuie sur la projection de la production écrite du binôme zoomée sur la ou les illustrations choisies. Un temps de discussion sur la pertinence du choix des illustrations permet de remobiliser les notions de fiabilité des sources et de recherches d’informations.
  • Chaque binôme apporte une phrase de conclusion qui sert de bilan qui est donc coconstruit au fur et à mesure des présentations des binômes par l’ensemble de la classe.
Étape 4 - Agriculture conventionnelle vs agriculture biologique (voir feuilles 2 à 5 de la base de données)
  • L’objectif est ici de comparer quantitativement les données en leur possession au sujet des agricultures biologique et conventionnelle, en réinvestissant les compétences de calcul et en construisant des représentations graphiques avec un logiciel de tableur-grapheur.

Une fois les graphiques construits, ils sont analysés sur un document texte créé à partir d’un logiciel de traitement de texte, déposé sur le mur collaboratif de la classe.

Étape 4 - construction de graphiques
Étape 5 - Rédaction du rapport
  • Dans un premier temps, une discussion avec l’ensemble du groupe est menée à propos des contraintes à respecter dans un diaporama (peu de texte, des illustrations pertinentes, nécessité d’unité dans la forme du support etc.).
  • Une répartition des diapositives à construire est réalisée en amont :
    • chaque binôme a la charge de synthétiser sa production écrite de l’étape 3 ;
    • pour les parties traitées par l’ensemble des binômes (étapes 1, 2 et 4) : répartition aléatoire des différentes parties du rapport.
  • La construction du rapport est donc collaborative et l’accent est porté sur la mise en forme des différentes informations extraites au cours des étapes 1 à 4.

Remarque : Les applications ENT proposées pour la construction d’un document collaboratif se limitant à un traitement de texte, la crainte de problèmes de mise en page a dirigé mon choix vers l’outil PowerPoint en ligne (partenariat de l’établissement).

Le diaporama est envoyé aux écodélégués.

Étape 5 - rédaction du diaporama collaboratif

RESSOURCES
Base de données -Document PDF
Base de données - Document LibreOffice Calc
Base de données - Document Excel
Exemple de production d’un groupe
Fait avec Padlet

Accès direct : https://padlet.com/candice_momesso/9943abior89hckbz

Sources pour la construction de la base de données :
https://agreste.agriculture.gouv.fr/agreste-web/disaron/GraFra2020Integral/detail/

Focus sur un outil : le mur collaboratif

Souvent employés avec les élèves, les murs collaboratifs permettent de centraliser des ressources, des dépôts d’activités, sur une page facilement partageable. Quelques exemples d’outils pour en construire : Padlet, Mur collaboratif de l’ENT (monlycée.net), Digipad de La Digitale.

Caractéristiques Padlet Mur collaboratif de l’ENT Digipad
Avantages/Plus-values Facile d’utilisation et de prise en main. Accès sécurisé, conforme au RGPD (Règlement général sur la protection des données), identification de chaque publication effectuée. En cours d’homologation Éducation Nationale, conforme au RGPD, pas d’identification nécessaire des élèves.
Points de vigilance Vigilance par rapport au RGPD : configuration complexe pour éviter la publication de toute nature et à toute personne, aucune donnée à caractère personnel ne doit y figurer. Pas d’insertion possible de pièces jointes (documents textes, tableur-grapheur par exemple). Publications anonymes : pas d’identification des élèves et d’autres personnes.

RETOUR DES IMPRESSIONS DES ÉLÈVES
Un questionnaire a été distribué aux élèves en amont et en aval du projet.
Au sujet de l’intérêt pour le projet, il ressort que des élèves qui n’étaient pas intéressés l’ont finalement été à l’issue de la séquence (Figure 1). Une quinzaine d’élèves est aussi intéressée pour participer à l’atelier jardin en cours de mise en place, ce qui permet aux enseignants encadrant le projet de prévoir la création d’un atelier dès l’année prochaine.
Près des trois-quarts des élèves ont aimé que leur travail s’inscrive dans un projet à l’échelle du lycée. La perspective d’une production concrète en lien avec leurs travaux a accru leur motivation.

Concernant le positionnement des élèves sur leur maîtrise des outils numériques (figure 2) :

  • ils estiment avoir progressé dans l’utilisation de chaque outil ;
  • alors que plus d’un tiers des élèves n’avait jamais utilisé un tableur-grapheur avant cette séquence, on observe une nette progression, même si la formulation des calculs reste encore complexe pour eux ;
  • cette séquence a été l’occasion pour eux de travailler de façon collaborative pour la première fois, et 83% ont apprécié travailler de la sorte.



Figure 1- Intérêt pour le projet {JPEG}

Figure 2 - Maîtrise des outils numériques utilisés selon les élèves

Bien sûr, ces positionnements sont le reflet des avis des élèves eux-mêmes et ne sont pas quantifiables. Une réutilisation de ces outils de façon évaluée et dans un autre contexte est nécessaire pour valider ces compétences. Compte tenu du contexte sanitaire, il a malheureusement été impossible de la mener à bien.

ANALYSE ET ÉVALUATION DU DISPOSITIF
Plus-values dégagées
  • Les élèves ont pour la plupart découvert l’utilisation d’un tableur-grapheur, des calculs et de la construction de graphiques. Ils ont pu manipuler cet outil et ses modalités d’utilisation.
  • Les élèves ont été très motivés à l’idée de produire un rapport collaboratif, à l’origine d’une certaine unité dans le groupe.
  • Ancrer cette séquence dans un projet à l’échelle du lycée a permis de donner du sens à une partie du programme pour laquelle les élèves montrent souvent moins d’appétence de prime abord.
Difficultés rencontrées Une perte de temps non négligeable sur la prise en main du tableur et du mur collaboratif que les élèves ont découverts à ce moment-là.
Pistes d’amélioration Il serait possible de gagner du temps en fusionnant les séances 2 et 3 en repensant les activités tableur :

  • envisager une capsule vidéo « tuto tableur » associée à un QCM de compréhension en amont de la séance de façon à différencier la séance pour donner du sens à la collaboration ;
  • proposer une campagne PIX en amont de la séance de façon à permettre à l’enseignant d’adapter les consignes (avec plus ou moins d’accompagnement) en fonction du niveau atteint par les élèves.

Une piste d’adaptation pour un travail en distanciel

  • Cette séquence pourrait être envisagée en enseignement hybride en construisant collaborativement le diaporama et en réduisant la taille des groupes.
  • De même, proposer une campagne PIX aux élèves en amont du projet permettrait à l’enseignant de différencier les compétences attendues pour chaque binôme et de leur proposer un plan de travail où chacun évoluerait à son rythme.
  • Enfin, la campagne PIX pourrait être proposée de nouveau aux élèves en aval du projet de manière à ancrer les compétences numériques utilisées tout au long de la séquence. Les élèves pourraient ainsi prendre conscience de leur progression dans chacune des compétences mobilisées, ce qui permettrait de quantifier leurs acquisitions de manière rigoureuse et d’évaluer ainsi les progrès réalisés par chacun.

Remerciements à Julien Loche pour ma participation à ces TraAM, ainsi qu’à Mélanie Fenaert pour son accompagnement.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)