Maintenir un cadre et une relation "scolaires" avec les outils numériques

Comme son nom l’indique, l’enseignement à distance auquel nous sommes contraints se fait à distance. Or les élèves, en particulier les moins autonomes ou les plus fragiles, ont besoin du maintien d’une relation, qui peut se faire avec l’enseignant mais aussi avec leurs pairs.
Nous proposons ici quelques éléments de réflexions autour d’outils qui peuvent être utilisés pour maintenir un cadre et une relation.
Les outils choisis sont en particulier ceux proposés par l’ENT Monlycée.net, accessibles aux élèves et professeurs d’environ 150 lycées de l’académie de Versailles et aux élèves des collèges de l’Essonne et qui permettent de rester dans le cadre légal du RGPD.
Des outils alternatifs seront également mentionnés.

Pour la sécurité des utilisateurs, la DINUM (Direction inter-ministérielle du numérique) préconise de renforcer la vigilance dans l’utilisation des outils numériques et en explique les raisons.
La D@ne met à disposition des fiches concernant les outils à proscrire et en expliquant les raisons.

L’avantage est aussi que pour accéder à ces ressources, dans lesquelles les élèves seront parfois invités à collaborer, il faudra qu’ils soient identifiés, ce qui assurera un travail plus facile à suivre et rendra l’usurpation d’identité plus difficile. Ils ne pourront pas se cacher derrière l’anonymat du web pour s’amuser.

Pour découvrir l’ENT Monlycée.net et ses applications, voir Développer le travail collaboratif et la pédagogie de projet grâce à l’ENT "monlycée.net" par Laurent Guerre

Il existe de nombreuses modélisations de la situation d’apprentissage. Celui de Marcel Lebrun est bien adapté à la mise en place d’un enseignement à distance. Il propose 5 facettes, résumées dans le tableau ci-dessous.

Ce modèle est destiné à guider l’enseignant dans la conception des situations pédagogiques.

Facettes du processus de l’apprentissageDescription de la facette
Information Les ressources, les connaissances et les supports , les médias utilisés. Cette facette correspond au pôle des « Savoirs » du triangle des apprentissages.
Motivation Les éléments du contexte pour que les connaissances présentées ou découvertes prennent du sens pour l’élève. Cette facette correspond au pôle « Enseignants » du triangle des apprentissages
Activation ou Mettre en activité Les activités relatives à l’appropriation et au développement des compétences de plus haut niveau (analyse, synthèse, évaluation, sens critique …). Cette facette correspond au pôle « Elèves » du triangle des apprentissages.
Interaction Recours à des interactions entre les élèves et les enseignants (soutien, rétro-actions, évaluations...). Cette facette correspond au pôle « Enseignants » du triangle des apprentissages.
Production Les acquis de l’apprentissage et leurs signes. Cette facette correspond au pôle « Elèves » du triangle des apprentissages.

Source  : 5 facettes pour construire un dispositif hybride : du concret !

Ces facettes peuvent être replacées dans un modèle du processus d’apprentissage.

Pentagone des apprentissages d’après Lebrun

Que deviennent ces 5 facettes dans la situation actuelle de continuité pédagogique à distance ?

Lorsque nous demandons à des élèves de traiter seuls à la maison des documents sous une forme polycopiée ou de pdf simples, nous avons fait notre travail de transposition didactique du savoir. Nous avons produit l’information.
Mais ensuite l’élève se retrouve seul face à ce savoir, quitte à se sentir un peu abandonné. Il y a une perte d’interaction et potentiellement de motivation.

Notre problématique est ici de recréer un cadre dans lequel l’élève pourra se retrouver et retrouver les interactions indispensables aux apprentissages.

Quels outils sont à notre disposition pour encadrer les élèves au-delà de la mise à disposition des documents ?

Lors de la conception, anticiper les difficultés de tous

  • En cette période d’éloignement de la classe, il convient de proposer des activités plus courtes et plus simples que ce qui aurait été demandé en classe. Le passage par les QCM est aussi justifié par là. De plus les QCMs permettent souvent de prévoir des rétro-actions (feed-backs) qui apparaissent suite à la réponse donnée par l’élève. C’est une manière d’interagir de façon automatisée qui est par ailleurs très efficace puisque l’interaction suit immédiatement l’erreur faite par l’élève. Pour avoir une plus-value ces feed-backs doivent par ailleurs être bienveillants et très précis, en donnant des explications sur les erreurs courantes et une correction de la question posée.
    L’ENT MonLycée.net dispose d’un outil de QCM et d’évaluation.

    C’est aussi le cas de Pronote, ainsi que de la plateforme Elea, plus riche encore, qui permet de construire des parcours dans lesquels intégrer des ressources ainsi que différentes formes de tests.
Ajout de ressource dans Elea
Le module test et le module H5P donnent accès eux-mêmes à divers types de tests.

La BRNE Maskott Sciences, en plus d’un grand nombre de ressources déjà construites, permet elle aussi de construire et partager des parcours comprenant aussi différents types de tests. La plateforme est prévue pour un affichage sur différents supports matériels.

Voir le guide pédagogique Maskott Sciences

On peut enfin citer la Quizinière, accessible à tou-te-s les enseignant-e-s.

  • Il est préférable d’utiliser des outils déjà connus pour ne pas ajouter une couche de complexité technique au-dessus de la difficulté liée à l’activité demandée.
  • Il faut aussi éviter de multiplier les outils, éviter de fragmenter les ressources en les dispersant sur de multiples supports.
Dans tous les cas, il faut garder en mémoire que l’utilisation de l’outil doit être accompagnée de consignes spécifiques, techniques pour aider à sa prise en main et pour que l’outil ne devienne pas obstacle à l’appropriation d’une notion ou à l’avancée d’une démarche.
La mise en œuvre de ces outils va constituer une compétence à construire chez les élèves et qui pourra même être évaluée.


Il ne faut pas partir du principe que les élèves sont à l’aise avec les outils numériques. Il faut les accompagner.

Dans ce qui suit, plusieurs outils sont proposés dans chaque cas. Il ne s’agit pas de se disperser sur tous mais de chercher une cohérence en restant sur un nombre limité.
Il est toutefois possible de penser une progressivité des usages.
Par exemple pour un parcours Elea, on pourra proposer un premier type de test la première semaine, puis en ajouter de nouveaux au fur et à mesure, en accompagnant avec les consignes nécessaires.

Du côté enseignant, il n’est peut-être pas toujours nécessaire de se lancer maintenant dans l’apprentissage d’un nouvel outil trop complexe et chronophage.

Pour en savoir plus : voir l’article Une banque d’outils pour construire des usages numériques pédagogiques raisonnés de D. Séchet.

Matrice du temps de réalisation des ressources en fonction des objectifs pédagogiques pour chaque type de ressource ou d’usage avec coût cognitif élève associé.

Pour les élèves qui ne peuvent ou n’ont l’habitude de travailler que sur téléphone, quelques précautions supplémentaires peuvent être prises pour adapter les documents à une lecture ou une écriture sur un petit écran (liste non exhaustive) :
- dans le cas des fichiers pdf, augmenter la taille de la police pour limiter les zooms/dézooms et le balayage de la page ; agrandir chaque image sur la largeur de la page ;
- limiter la taille des réponses à donner : en l’absence d’un véritable clavier, il est difficile de développer une grande dissertation, même si certains élèves semblent montrer une belle dextérité pour leurs messages. Privilégier plutôt les QCM ;
- vérifier que les sites web utilisés soient compatibles avec un affichage sur mobile (attention aux pages web utilisant du flash).
L’ENT monlycée.net ainsi que la plateforme Elea sont globalement utilisables sur smartphone, mais tous les usages ne sont pas forcément optimaux sur mobile.

Il faut aussi veiller aux problèmes de compatibilité (Windows/Android/Apple). Sur Apple le navigateur Safari ne respecte pas les standards internationaux du web ce qui provoque des difficultés. Les terminaux Apple peuvent être équipés de navigateurs Firefox ou Chrome qui résolvent la plupart des difficultés.

Dans le cas particulier des élèves ayant été doté-e-s de tablettes se pose la question des applis qui sont à leur disposition. Votre référent numérique d’établissement vous a probablement communiqué la liste des applications remontées automatiquement sur les tablettes. Il est possible de le contacter pour connaître les mises à jour de cette liste. Il est parfois possible de faire ajouter une application.

Lors de la préparation, il reste enfin à penser les traces écrites que les élèves conserveront des activités et des bilans.

Prévoir le mode de mise à disposition des ressources

En classe, les élèves vont trouver les documents et autres ressources dans la salle. L’enseignant les prépare et les distribue, sur papier, sur le réseau informatique ou sur les paillasses.

Comment peut se faire cette mise à disposition à distance ?

Rappelons que l’un des formats les plus facilement affichables par tous tout en conservant sa mise en page et sans risque de modification malencontreuse, sans passer par un logiciel payant, est le format pdf. Attention donc à ne pas donner directement de document au format Word par exemple.
Pour cela faire installer adobe reader par exemple.

Pour Windows Sur Google Play Sur l’App Store

Voir aussi :
- Transformer un fichier texte en un pdf modifiable
- Travail de l’élève sur un écran de portable ou de tablette : adapter un document en quelques clics

Ces fichiers peuvent être :
- déposés dans le cahier de texte de Pronote

- envoyé dans le casier de chaque élève avec application Casier

- partagés avec l’espace documentaire de L’ENT

Sur la scolawebTV : Partage de documents sur l’ENT Lycée

- mis en page dans un blog.
Deux services académiques permettent de créer un blog.

  • un blog académique.
  • un blog au sein de l’ENT.

    Ce blog peut être public ou non. Vous pouvez choisir de le partager avec les élèves, qui pourront être contributeurs.
    Le partage du blog peut se faire via l’application Communauté de l’ENT.

- mis en page dans un cahier multimédia de l’ENT

Le cahier multimédia se présente comme un cahier à spirale avec plusieurs pages, sur chacune desquelles on peut ajouter texte, image, son et vidéo.

- mis en page dans des pages de l’ENT

Ce sont des pages web organisées entre elles grâce à un menu de navigation. Elles peuvent présenter différents types de contenus (texte, image, son, vidéo…​) et des liens vers d’autres contenus (blog, un wiki, forum existant). La page sera automatiquement mise à jour avec les nouvelles publications de ces autres contenus.

- déposés sur un stockage distant et partagés via un lien, par exemple sur votre espace Edu nuage.

Le partage du lien peut passer par une URL courte ou par un QRcode, services proposés aussi par le portail académique.

Sur la scolawebTV : Tutoriel créer un lien vers un document dans l’ENT lycée

Les ressources de la BRNE peuvent être partagées par un QRcode généré par la plateforme.

Avoir un point nodal comme plan travail

Une partie du tableau peut en classe servir pour afficher et compléter le plan de la séance ou de la séquence afin de permettre à chaque élève à chaque instant de savoir exactement où on en est. La problématique, les étapes pour y répondre, les techniques utilisées peuvent aussi y rester notées.

L’objectif est ici le même mais cela répond à une plus grande nécessité. La vision lors d’un travail à distance avec des outils numériques est circonscrite à un écran. Il n’est pas évident de se projeter et de se situer : qu’est-ce qui a déjà été fait ? Qu’est-ce qui reste à faire ? Quel est le lien entre les différentes activités ?
De plus nous sommes parfois amenés à renvoyer vers des ressources en ligne qui se trouvent à des endroits différents. Ces ressources sont donc dispersées et non liées entre elles.

Il sera donc bénéfique de définir un point nodal (un hub) à partir duquel on peut aller et revenir, et qui doit être présenté comme tel. Tout doit être accessible à partir de là. C’est l’endroit où on revient lorsqu’on est perdu.

Y sera présenté le plan de travail , c’est à dire la liste de ce qui est à faire et les échéances si nécessaire. . On pourra aussi y faire figurer les activités alternatives accessibles à des élèves qui ont seulement un smartphone par exemple. Il permet de donner aux élèves une vision globale qui est sinon fragmentée et perd du sens.

Un plan de travail liste les tâches à réaliser dans un temps donné. C’est en temps normal un outil qui permet de développer de l’autonomie. C’est aussi un support de différenciation lorsqu’il comprend des tâches adaptées aux élèves.

En classe, il suppose que les élèves se soient bien approprié l’espace pour avoir identifier où trouver les supports et ressources qui leur seront nécessaires.
On devra donc y trouver
- les liens vers les ressources.
- le lien vers les espaces d’échanges.

On peut y ajouter explicitement les notions et les compétences à acquérir.

Voir : Plan de travail et parcours de e-éducation pour moduler le temps

Chaque activité et ressource est ainsi contextualisée, ce qui redonne du sens et de la motivation.

Les outils
Une discussion sur Pronote ou un mail, par exemple une fois par semaine.

Discussion dans Pronote


Un mur collaboratif sur lequel des notes peuvent être ajoutées.

Une note peut contenir le programme et les liens vers les ressources



Sur la scolawebTV : Accéder au mur collaboratif de Monlycée.net et ajouter une note

-* Un pad
Une carte mentale pour montrer les liens et l’arborescence des activités proposées.

A chaque nœud peut être associée une note avec du texte et un lien



Sur la scolawebTV : Créer une carte mentale dans monlycée.net

Dans les parcours Elea, on peut utiliser la première section pour indiquer le plan et / ou les cartes de progression.
Sommaire


Carte de progression


Dans le plan, des liens hypertextes permettent d’aller directement aux activités.

Un cahier multimédia
Sur la scolawebTV : Editer et partager du contenu sur monlycée.net
Dans tous les cas, l’objectif est d’expliciter autant que possible ce qui est à faire.

Prévoir des espaces d’échanges

Les interactions sont nécessaires à l’apprentissage. Il faut donc les permettre, entre l’enseignant-e et l’élève ou entre élèves.
En classe, l’élève peut directement faire appel au professeur en cas de blocage. Il peut y avoir de l’entraide entre élèves ou un partage des tâches dans un travail de groupe.
Comment conserver ces possibilités à distance ?

Des échanges avec le professeur

Pour retrouver la dynamique de la classe, l’élève ne devrait pas se sentir abandonné face à ses documents et il doit pouvoir poser des questions d’une manière ou d’une autre.
Le canal qu’on laissera ouvert pourra dépendre du canal par lequel on a mis à disposition les activités.

- lors d’un passage par Pronote , le retour est plus simple et direct (mais il faut s’assurer - en particulier dans le paramétrage de Pronote - que les élèves peuvent envoyer un message).
Dans ce cas peuvent se mettre en place des discussions individuelles ou de groupe. Il faut veiller à ce que les informations passent par le bon canal.
S’il y a un retour sur une incompréhension par mail, elle n’est pas visible par tous et doit être relayée au groupe.
S’il y a un retour sur une difficulté personnelle (par exemple problème de connexion), il faut la traiter sur un autre fil de discussion.
C’est au passage une éducation intéressante aux réseaux sociaux d’habituer les élèves à distinguer les canaux individuels et collectifs.

Il n’est pas question d’être disponible 24h sur 24. Il faut définir des plages horaires annoncer un délai pour obtenir une réponse et s’y restreindre.


- lors d’une classe virtuelle, utiliser le chat ou compléter avec un pad collaboratif qui pourra perdurer et rester accessible ensuite.

- si le point nodal est un blog, les élèves peuvent poser leurs questions dans des commentaires des articles. Là il n’y a qu’un canal collectif, il faut en prévoir un autre pour les problèmes individuels.

- si le point nodal passe par un mur collaboratif, on peut imaginer de créer une note pour les questions

- avec la plateforme Elea, on peut ajouter une activité de type Forum après les activités.

- sur l’ENT Monlycée.net, un forum être utilisé pour recueillir les questions éventuelles

Une difficulté liée à ces échanges est qu’ils demandent une veille de la part de l’enseignant-e pour répondre à ces questions dans un temps raisonnable..
Une autre difficulté est d’éduquer au respect des apports des autres et de veiller à ce que les ajouts des uns ne soient pas supprimés ou dénaturés, volontairement ou par maladresse, par les autres.

Il est imaginable (mais difficile matériellement pour avoir tous les élèves présents) de convenir d’un temps de travail commun, qui pourrait être un des horaires habituels de la classe. Un suivi des élèves présents peut être fait.
Si les élèves réalisent leurs activités sur un temps commun et que l’enseignant-e peut répondre aux questions "en direct", on renoue la relation.

Il est également possible de prendre des élèves par petits groupes, sur des temps de 20 à 30 minutes pour répondre à des questions suite à des activités déjà faites.

Des échanges entre élèves

Les outils de l’ENT permettent un travail collaboratif. Les élèves pourront échanger et travailler même par groupe, sur par exemple des murs, des pads ou des cartes mentales.

Pour aller plus loin :
On peut ajouter l’outil Wiki, qui permet de créer des fiches pour construire un lexique.

Sa prise en main nécessite toutefois plus de préparation.

Tous ces échanges peuvent se faire de manière synchrone ou asynchrone. On peut imaginer d’organiser un temps de travail commun lors duquel des groupes sont constitués, chacun bénéficiant d’un pad ou d’un mur collaboratif.

Sur la scolawebTV : Créer un wiki dans monlycée.net
La mise à disposition des documents, les messages, les temps d’échange peuvent être ritualisés, par exemple se faire à un moment fixe de la semaine, qui peut être l’heure de la classe ou une autre.

Un autre regard sur l’évaluation

Il paraît difficile dans la situation actuelle de proposer des évaluations sommatives.
Il peut y avoir évaluation pour motiver mais aussi pour suivre, sans qu’il y ait une note.
L’évaluation peut porter sur des compétences mises en œuvre dans ce contexte particulier.

Les QCM

Les outils de QCM permettent une notation directe en fonction des réponses données. Sur Elea, on peut paramétrer le nombre de tentatives, limiter un temps de réponse ou au contraire permettre qu’un test soit réalisé plusieurs fois, avec mélange automatique des propositions de réponse, pour accompagner une progression.

Comme déjà évoqué plus haut, les QCMs avec feed-backs permettent un accompagnement supplémentaire.

Ce retour est en apparence un retour de la machine plus que de l’enseignant-e. Il ne rétablit pas la relation humaine élève/enseignant, mais constitue en conséquence un "regard" dépassionné, sans jugement, plus neutre que dans un rapport humain.

Encore plus qu’en classe, puisque les élèves sont éloignés, il faut leur laisser la possibilité de se tromper et de recommencer, en tenant compte des retours donnés. Il est donc intéressant de ne pas trop limiter les tentatives.

Le QCM peut intégrer dans ses réponses et ses feedbacks des obstacles didactiques connus et donc permettre de travailler dessus.
Autant que possible, les distracteurs doivent s’appuyer sur des erreurs classiques.
Le QCM peut ainsi être pensé comme un outil pour mettre à disposition les retours de l’enseignant.

Les travaux rédigés

Pour d’autres types de travaux, les retours peuvent se faire

- par une activité Devoir sur Elea, qui permet le dépôt de fichier.
L’appli Exercices et évaluations de l’ENT comprend aussi un module "Devoir"

Pour ces travaux plus rédigés, l’évaluation est alors à faire par l’enseignant-e.

Assurer une correction et un bilan des activités

La classe virtuelle

Le CNEDmet à la disposition des enseignant-e-s un outil de classe virtuelle.
Une fois inscrit-e et connecté-e, l’enseignant-e peut créer une classe virtuelle et communiquer le lien correspondant aux élèves pour rejoindre cette classe virtuelle.
(Voir le Guide du professeur)

FONCTIONNALITÉS DISPONIBLES POUR L’ANIMATEUR
Un animateur/superviseur peut :
- Utiliser le chat avec le groupe
- Partager son écran, une application, un document ...
- Partager un tableau blanc interactif
- Créer des sondages en direct
- Afficher des fichiers

Les élèves peuvent participer au chat, répondre aux sondages, lever la main pour participer, communiquer en changeant leur statut, activer leur micro et/ou leur caméra pour intervenir.

Un numéro de téléphone associé à un code PIN d’accès au salon de conversation permet aux élèves n’ayant pas d’ordinateur d’accéder à la classe virtuelle.

L’enregistrement et la diffusion d’une d’une classe virtuelle sans l’autorisation de l’ensemble des participants constitue une atteinte au droit à l’image. Il n’est donc pas possible de les enregistrer.

Avantages
On est ici au plus près de la relation en classe. L’interaction est directe et immédiate.

Le chat avec le passage par l’écrit oblige à reformuler. Il permet éventuellement à certains élèves de s’exprimer davantage qu’ils ne l’auraient fait en classe. Paradoxalement, ce temps à distance peut permettre à certains d’être plus proches de l’enseignant-e.

Suggestion  : prévoir un temps court avec un nombre restreint d’élèves. Il n’est en effet pas obligatoire de reproduire une heure en classe entière. Cela peut faciliter la gestion de la classe virtuelle.
Inconvénients
Il faut que tout le monde soit disponible au même moment et avec un équipement qui permette la classe virtuelle, ce qui n’est pas toujours évident dans les familles.

Suggestion  : pour veiller à ce que les élèves ne restent pas passif, prévoir des sondages réguliers pour garder l’attention et l’implication, demander une prise de notes régulière. Sur ce dernier point, on peut tirer profit du fait que la classe virtuelle ne sera pas enregistrée pour insister sur la nécessité de ne rien manquer.
Pour rapidement diffuser les sondages, les préparer à l’avance dans un document texte.


Extrait de l’infographie : "Préparer et animer une activité de classe virtuelle".

Attention au risque de perturbation intérieure ou extérieure de la classe virtuelle.
Voir CONDUITE À TENIR EN CAS D’INTRUSION DANS UNE CLASSE VIRTUELLE DU CNED

Un document bilan

Ce bilan peut prendre différentes formes, du texte à la vidéo. Il est communiqué aux élèves suivant le même canal que les activités.
Pour permettre un retour des élèves, un forum accompagne le bilan.

Avantages
Le document peut être consulté au rythme de l’élève, selon sa disponibilité et celle du matériel à sa disposition, au rythme de sa compréhension par exemple.
Sur une vidéo, l’élève peut mettre en pause ou revenir en arrière. Ce point n’est toutefois pas une évidence pour les élèves et il est nécessaire de le préciser dans une consigne.

Suggestion  : la vidéo peut mimer une dynamique de classe avec des temps de correction et d’explication et des temps de bilan à noter, qui pourront être signalés par une icône particulière.

Dans Elea, le module H5P propose un éditeur de vidéos interactives. Il peut être utilisé pour guider les élèves dans leur appropriation du contenu, par exemple pour repérer les moments les plus opportuns pour mettre en pause.
Inconvénients
L’enseignement est moins incarné et les interactions sont moins directes.

Pour le dépôt de vidéos : la scolawebTV et depuis le mois d’avril et pour la durée temporaire de la période de continuité pédagogique la plateforme nationale mutualisée d’hébergement vidéo Peertube (inscription avec votre compte académique).

Ces deux approches ne s’excluent pas nécessairement, l’une pouvant compléter l’autre par exemple pour les élèves ayant manqué la classe virtuelle.

Les outils numériques utilisés

Les outils proposés sont tous des outils institutionnels. L’ENT Monlycée.net a été pris en exemple mais ce qui est proposé peut être adapté à d’autres ENT.

Un objectif était de montrer que les possibilités sont déjà nombreuses et que le travail peut se faire dans un espace sécurisé, avec une authentification et le respect du RGPD, chose incertaine avec d’autres outils qui sont à proscrire (création de groupe WhatsApp ou Facebook, partage ou sondage via Google drive, utilisation de Discord ou Zoom...)
Voir : Le choix des services en ligne dans le respect des données à caractère personnel des usagers

Sur le site de la Dane Versailles :
- Focus sur Discord
- Focus sur WhatsApp
- Focus sur Zoom

Les outils présentés ici sont adaptés à la plupart des activités pédagogiques et leur simplicité est aussi un atout. De plus dans l’ENT l’interface est unifiée pour toutes les applications, ce qui facilite leur prise en main.
Enfin l’authentification des utilisateurs est une plus-value majeure pour créer une présence pédagogique à distance et maintenir plus facilement du lien avec les élèves.

Enfin, on peut retenir ici qu’une condition de réussite consiste à accompagner chaque outil de consignes quant à sa prise en main et son utilisation, distinctes des consignes des activités données.

Merci à Delphine Séchet pour sa relecture attentive et ses ajouts.

Voir en ligne : Monlycée.net

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)