"A la dérive", activité ludifiée autour de la théorie de Wegener Niveau Première S

Une activité ludifiée autour de la polémique engendrée par la théorie de Wegener, sur le mode "classe puzzle" ou "Jigsaw classroom".

Sommaire
- Liaison avec le programme et place dans la progression
- Problème à résoudre
- Notions, savoir-faire, compétences
- Outils numériques et ressources

- Déroulement de la séquence
- Analyse et évaluation du dispositif

Professeur

Mélanie Fenaert, Lycée Blaise Pascal, Orsay (91)

LIAISON AVEC LE PROGRAMME
Niveau concerné Première S
Partie du programme : Thème 1 - B
La tectonique des plaques : l’histoire d’un modèle
PLACE DANS LA PROGRESSION
Début du thème.
MOTIVATION
Je traitais cette partie de manière assez classique, avec des documents et des éléments à relever sur une heure en demi-classe (TP). J’ai souhaité dynamiser cette séance en mettant les élèves en situation de recherche et de coopération, et ceci en classe entière afin de pouvoir consacrer cette heure de TP à d’autres activités réellement pratiques.

PROBLEME A RESOUDRE
En 1926, un congrès a lieu où Alfred Wegener, climatologue et météorologue, présente sa théorie des translations continentales, ou « dérive des continents »
Il y rencontre une farouche opposition de la part de la majorité des géologues présents, dont le géophysicien Harold Jeffreys.
Nous sommes à 30 minutes du congrès, le stagiaire, M. de Béheffem, a mélangé les documents des partisans et des opposants de Wegener… aidez le à mettre de l’ordre !

NOTIONS, SAVOIR-FAIRE, COMPETENCES
Notions Au début du XXème siècle, les premières idées évoquant la mobilité horizontale s’appuient sur quelques constatations :
- la distribution bimodale des altitudes (continents/océans) ;
- les tracés des côtes ;
- la distribution géographique des paléoclimats et de certains fossiles.
Ces idées se heurtent au constat d’un état solide de la quasi-totalité du globe terrestre établi, à la même époque, par les études sismiques. L’idée de mobilité horizontale est rejetée par l’ensemble de la communauté scientifique.
Savoir-faire, attitude Recenser, extraire et organiser des informations.
Communiquer dans un langage scientifiquement approprié : oral, écrit.
Comprendre les difficultés d’acceptation des premières idées de mobilité.
Compétences Collaborer et coopérer au sein d’un groupe.
ACTIVITE
Durée : 1h Coût : 0€ Sécurité : RAS

Outils numériques et ressources
  • vidéo de lancement de l’activité
  • ensemble de documents et vignettes pour repérer les experts
  • tableaux, ou paper boards, ou feuilles A3 ; feutres ; patafix, aimants ou scotch
  • matériel de prise de photo (smartphones, tablettes...)
  • mur collaboratif : Padlet ou natif de l’ENT

Déroulement détaillé de la séquence

Une courte introduction du thème avait été faite à la séance précédente : représentations de la forme et de la surface terrestre à différentes époques.
Les modèles fixistes du début du XXème siècle y ont été posés, et la courbe hypsographique a été étudiée, installant l’idée d’une répartition bimodale des altitudes.

La salle a été préparée en vue de cette séance : 6 îlots de 6 tables. Il s’agit d’une salle de classe aménagée avec des tableaux blancs sur tous les murs, que les élèves ont l’habitude de s’approprier lors d’activités de groupe.

disposition des tables

A leur entrée, les élèves se répartissent comme ils le souhaitent, en respectant des groupes de 6.

En introduction de la séance, une vidéo est projetée :

Un corpus de 6 documents a été préparé. Chaque îlot reçoit 6 exemplaires d’un seul document. Un chronomètre est affiché : 20 minutes pour la première phase. Une diapo récapitulant les consignes est projetée en même temps.

Pendant que les groupes d’expert travaillent autour de leur document, le professeur distribue des vignettes. Contrairement à ce qui est indiqué dans la vidéo, je leur ai fourni 6 étiquettes différentes par îlot, soit 6 continents, chacun avec une couleur spécifique, dans le but de faciliter le regroupement lors de la 2ème phase.

Le professeur circule pour vérifier la compréhension des documents, par tous les membres de l’îlot. Il faut aussi rectifier certains raisonnement ou manipulations, notamment pour les documents où un découpage est demandé.

A la fin du chronomètre, le silence est demandé, et le sens des vignettes est expliqué : tous les groupes doivent se séparer, et faire cette fois des îlots par continent. Il y a donc un îlot avec 6 élèves porteurs de la vignette Afrique, un autre avec 6 élèves "Antarctique", etc. L’objectif est explicité à nouveau : résumer et catégoriser les 6 arguments entre ceux de Wegener et ceux de ses opposants, ceci sur un tableau.

Le chronomètre est relancé pour 25 minutes. Les discussions s’enclenchent, chacun au sein d’un îlot devant exposer le contenu de son document, l’interpréter et en faire comprendre le sens à ses camarades, afin de le ranger dans une des deux catégories. En parallèle, certains au sein du groupe organisent la prise de notes au tableau. De la patafix et des aimants ont été fournis pour fixer les documents au tableau s’ils le souhaitent.

Durant cette 2ème phase, le professeur circule pour vérifier l’avancement et l’organisation des groupes, les conseiller sur la gestion du tableau éventuellement, valider les données inscrites.

A la fin du dernier chronomètre, tous doivent s’arrêter. Il n’y a pas assez de temps pour que chacun présente son tableau, mais la plupart sont équivalents en qualité et contenu. Le professeur repère les tableaux les plus clairs et demande aux élèves de résumer les différents arguments, et insiste sur les éléments les plus intéressants (documents avec reconstitution paléogéographique, schémas complémentaires...) et les moins évidents.

Une question des élèves à la fin de ce debriefing : mais qui a gagné ? La réponse, à savoir le rejet de la dérive par la communauté scientifique, les déçoit quelque peu, d’autant que parmi les six documents choisis, quatre étayent la théorie de Wegener et deux vont à son encontre. S’en sont suivi un court débat et une explication du contexte de l’époque, notamment du prestige dont jouissaient des géophysiciens comme Jeffreys, mais aussi de l’existence de failles dans la théorie de Wegener, comme l’absence de moteur au déplacement horizontal des continents.

Dans les dernières minutes, les élèves photographient leur production et la déposent sur un mur collaboratif intégré dans l’ENT.

Fait avec Padlet

Sur ce mur, le fichier contenant l’ensemble des documents a été déposé, pour ceux qui souhaitent réimprimer les documents en couleurs.

ANALYSE DU DISPOSITIF
Plus-values dégagées Les élèves se sont montrés très réceptifs à la scénarisation ludique. La mise en activité s’est faite immédiatement.

Au delà de la mise en scène, les documents ont été bien compris, avec parfois un petit coup de pouce de l’enseignant. Le premier temps permet au sein du groupe d’enclencher la discussion. Tous les élèves devant avoir parfaitement compris le document, ceux ne comprenant pas tout de suite posent des questions, et ceux ayant plus de facilités doivent trouver un moyen de leur communiquer et leur faire comprendre les notions. En retour, chacun devra les expliquer à ses futurs équipiers : l’enjeu est donc fort, pour tous.

Le passage à l’écrit permet d’organiser les informations collectées, et de les enrichir. Le support tableau est très pratique de par ses dimensions et son accessibilité à plusieurs « rédacteurs » en même temps. Les erreurs sont rapidement effacées et corrigées sans ratures.
Difficultés rencontrées Par chance, il n’y avait pas d’élève absent ce jour là, et donc bien 6 groupes de 6. En cas d’absences, il faut pouvoir demander à un ou plusieurs élèves de se déplacer dans d’autres groupes lors de la 2ème phase, ce qui pourrait perturber leur appropriation des autres arguments.

Sur les documents où un découpage est à réaliser, certains élèves ne détourent pas les continents mais par exemple les unités géologiques, ce qui rend le raisonnement difficile en termes de mouvement des continents... Il faut donc prévoir plus d’exemplaires des documents par groupe d’experts, au cas où.

Cette activité en classe entière est potentiellement très bruyante... Il faut cadrer au début, recadrer souvent en cours d’activité. J’ai testé sur cette séance une application sur mon smartphone permettant de faire un bruit de buzzer, que je déclenchais près des groupes trop enthousiastes vocalement, ça a plutôt bien fonctionné.
Pistes d’amélioration On peut se demander si la scénarisation qui prend quelques libertés avec la réalité ne pourrait pas être prise au pied de la lettre par les élèves. Cela n’a pas été le cas a priori avec mes élèves de Première S, qui ont déjà vécu des séances de SVT passant par l’univers de la fiction pour construire des notions « réelles ». Cependant, la question pourrait certainement se poser lors d’une séance similaire avec des collégiens, et des précautions et explications seraient sans doute nécessaires.

La police choisie simule des documents "historiques", à l’air ancien [1]. La date de ces informations (et autant que possible les sources) a été ajoutée pour insister sur le fait que l’on reconstitue a posteriori, ce qui est toujours délicat au plan de l’histoire en général, et de l’histoire des sciences en particulier.

La répartition des vignettes ne correspond pas à celle de la vidéo. En effet, le choix fait dans celle-ci correspond à une explication plutôt théorique de la méthode Jigsaw, ou classe puzzle. Concrètement, il m’a paru plus simple et plus compréhensible pour les élèves de concevoir la deuxième phase par un regroupement des continents et des couleurs. On pourrait modifier les vignettes, avec par exemple pour la première phase, un groupe correspond à un continent décliné en six couleurs ; puis lors de la deuxième phase, on regroupe les couleurs : les équipes sont constituées des six continents différents mais de même couleur (ce qui au passage fait une petite référence à la Pangée). Penser à plastifier les vignettes, voire les documents (à discuter pour ceux découpés par les élèves).

Un retour oral à la séance suivante a été réalisé ainsi que la prise en note d’un bilan. Un questionnaire (sur Pronote, ou avec Plickers) pour s’assurer de la bonne assimilation des notions est envisagé pour l’an prochain.

Notes

[1iIdée empruntée à Julie Capel, académie de Lille

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)