La météorite de Draveil

Une pierre de 2kg de la récente chute de météorite de Draveil vient
d’être découverte. Il en a été fait don à Albert JAMBON de l’ISTEP
pour l’Université Pierre et Marie Curie et le Museum National
d’Histoire Naturelle. La météorite de Draveil est exposée actuellement
à la collection de Minéralogie de l’UPMC, 4 place Jussieu, Paris 5eme.
Tous les franciliens dans un rayon de 20 km autour de Draveil sont invités
à regarder attentivement si un morceau ne serait pas tombé sur leur toit
(tuiles cassées, gouttières) ou dans leur jardin.

Météorite de Draveil

Le Museum et l’UPMC remercient chaleureusement les donateurs. Ils feront en sorte de préserver ces objets du patrimoine
national pour les générations futures.

Depuis, une pierre de 5kg a été retrouvée chez un particulier à
Savigny/Orge, une autre pierre de quelques grammes a été retrouvée dans la cour du lycée de Montgeron.

Lorsqu’on place les points d’impact sur une carte on constate une
dispersion importante qui suggère une explosion à haute altitude.
D’après l’expérience que nous pouvons avoir d’autres chutes de
météorites, il faut s’attendre à une dispersion des débris sur une
quarantaine de km de long et quelques km de large. La zone probable
représentée sur la carte jointe est indicative d’autant plus que l’on
s’éloigne des points d’impact connus à ce jour. Les grosses pierres
sont tombées au S-W et les petites au NE, distribution attendues pour une chute de météorite normale.

Toutes les trouvailles ont été faites grâce à l’alerte des media et
la mobilisation citoyenne. Les enseignants de SVT des lycées et collèges peuvent jouer un rôle important en alertant leurs élèves et en les incitant à en parler autour d’eux. Retrouver un échantillon
extra-terrestre vieux de 4.6 Ga n’est-ce pas extraordinaire !

Photos et schémas réalisés par Albert JAMBON.

 Localisation des points d’impact :

 Quelques données scientifiques :

Contacter Albert JAMBON

Voir en ligne : sur le site de l’UPMC

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)